Ln et jeux de l’année par Zilke

Spice & Wolf (Ōkami to Kōshinryō). – Isuna Hasekura

72c50cabf90c95421e27557ba13f9c35L’histoire ce passe dans un monde inspiré de l’Europe médiéval. Nous allons les suivre les aventure d’un jeune marchand itinérant du nom de Lawrence Kraft dont la vie va basculer le jour ou il va trouver un passager clandestin bien particulier dans son chariot. En effet, il va se retrouvé confronté à l’incarnation humaine d’une déesse-louve de la moisson ayant l’apparence d’une jeune adolescente, au nom de Holo. Celle-ci va lui demander de pouvoir voyager avec lui le temps de rentrer dans les terres éloignés qui l’ont vu naître.

Va donc commencer une étrange cohabitation entre un marchand cherchant à gagner suffisamment d’argent pour ouvrir son propre magasin, et une « divinité » qui ne semblent vouloir que rentrer chez elle, tout en profitant a pleine dents de la vie sur le chemin – au dépend des économie de son compagnon de voyage, et qui excelle dans l’art de comprendre les gens et de les manipuler (pour en rire ou obtenir ce qu’elle veux).

L’intrigue mélange habillement les différents aspects de cette histoire :

A) le commerce – chaque changement de lieu s’accompagnant de commerce pour vivre, il est souvent requis d’utiliser différent aspect commerciaux a Lawrence pour parvenir à ces fins. Aspect qu’il va expliquer à Holo (ce qui permet de l’expliquer au lecteur), mais bien sure, tout ne marche jamais comme il le faudrait – ou trop bien, ce qui n’est jamais bon.

B) La politique / le religieux – Tout comme l’europe médiéval, le monde de Lawrence et Holo est dominé par une église monothéiste en guerre avec les païen n’adorant pas ce dieu (et pour laquelle Holo est un démon), mais qui commence a perdre de son influence (elle est déjà passé au statut d’empire commerciale en 1er plans plus que religion). Mais un système médiéval met aussi les différents nobles / petits pays / guildes / faction et église en concurrence. Ces concurrence vont obligé nos deux voyageurs à infléchir leur programmes en de nombreuses circonstance.

C) Le relationnel – Et oui, nous avons deux personnages que tout oppose 1) Un jeune marchand humains qui est prêt à (presque) tout pour faire du bénéfice et 2) une divinité immortelle qui a passé son existence à ce sacrifier pour aider les autres. Au milieu des points A et B, les protagoniste vont passer beaucoup de temps à se chercher et a trouver comment cohabiter, que ce sois de manière consciente ou inconsciente.

36

Le mélange de ces trois points va donner une histoire riche en détail sur l’europe de l’époque et le fonctionnement du commerce, tout en mettant en avant les problème de différences entre personnes & status et comment cohabité malgré tout cela.

L’oeuvre, en 17 tomes, est disponible intégralement en anglais (Yen press). Elle est en cours de parution (3 tomes) en français (Ofelbe).

Il existe aussi une version manga (Ototo) de très bon facture. Si les LN vous rebutent ou que vous hésitez pour l’histoire, n’hésite pas pour le manga.

On trouvera aussi un anime (black box), mais celui ci prend un coté bien plus simpliste pour la partie commerce – et les voix français sont une souffrance pour les oreilles (a noté que les musiques de l’animes sont toutes – sauf les génériques – entièrement basé sur les sonorité, instruments et styles musicaux, de l’époque).

On trouveras du même auteur, uniquement en manga (Ototo), l’adaptation d’une nouvelle serie : Magdala – The alchemist path. Celle ci n’est traduite ni en français ni en anglais. Il n’y a que le manga en français. Et cette fois-ci, l’auteur se plonge dans le monde des alchimiste de l’europe. Ici, question d’alchimie, de leur relation avec la noblesse et l’église. Mais comme précédemment, un peu de mystique avec l’ajout, pour surveiller l’alchimiste personnage principale d’une nonne qui cache un secret des plus étonnant….

A certain magical Index (Toaru Majutsu no Index). – Kazuma Kamachi

c123e0c3f8de970ade1aba01df303dd8

L’histoire ce passe dans une partie de Tokyo développer uniquement pour être une cité scolaire. Mais pas n’importe quel cité scolaire. Du plus jeune age jusqu’a la fin des études, tout est fait pour développer les pouvoir latents des humains – télékinésie, pyromancie… certain élue ont ces pouvoirs, ont les appels des Esper. Et ils représentes 80 % de cette enclave de Tokyo.

Cela pourrait être la belle vie pour ces jeunes gens, malheureusement, tout les élues n’ont pas de super pouvoir. Ils sont noté du rang 0 (ils ont ce qu’il faut pour avoir des pouvoir mais ont 0 capacités de développer) aux rang 5 (que seul 7 personnes ont atteints). Ici, tout est science, et la science règne en maître au point d’avoir prêt de 20 ans d’avance sur le monde, quitte à enfreindre les lois international pour cela.

Et dans ce monde merveilleux, nous allons suivre les aventure de Touma Kamijou… anti héro par excellence : Encore plus malchanceux que Pierre richard dans « La chèvre », sans le sous, et de rang 0. Pourtant, il n’est pas sans pouvoir, puisque ca main droite (juste la main, oui, oui, ca s’arrête au poignet) abrite un étrange pouvoir – celui d’annuler tout pouvoir anormal (ie : pouvoir d’un esper). Sauf que cette anti pouvoir n’étant pas détecté par les machines (car il détruit les pouvoir), il est, et seras toujours un rang 0 pour le gouvernement. Sans illusions sur ces chances de progression, notre héro ne s’investie pas dans ces études (ce qui lui donne droit à des cours de rattrapage en permanence), il tente de survivre au jour le jour en évitant les problèmes.

Sont seul problème : il va rencontrer un personne complètement étrangère à son monde : Index.

Index n’est qu’une jeune nonne a peine dans l’adolescence qu’il va trouvé suspendu à son balcon (au 7e) étage…

Cette jeune nonne, amnésique, mais se sachant pourchasser vas lui apprendre (a ces dépend) que la magie existe – et d’ailleurs qu’elle est la dépositaire et gardienne des 103 000 livres magiques interdit par l’église.

Et cette déclaration farfelu va amener notre héro à ce rendre compte que, oui, la magie existe, mais que son « pouvoir » marche non seulement contre le pouvoir des esper mais aussi contre la magie.

Ici, l’auteur va confronté la magie et la science. La magie, est la magie qu’on connait dans le monde réel (si il marchait) : alchimie, cabbale…. auquel il va confronter la magie scientifique (ce qu’il appel la magie expliquer par la science), les pouvoir des espers.

Et notre pauvre anti-héro va être prit entre les deux camps, car à son grand malheur, il se rend compte qu’il ne peux pas laisser quelqu’un ayant besoin d’aide sans agir…

La façon dont l’histoire est construite peux déplaire à certain, il y a énormément d’explication et de période d’auto réflexion du héro.

L’histoire est disponible en livre, manga et anime.

A noté 2 suite à cette histoire :

to_aru_kagaku_no_railgun_438 A certain scientific railgun. Qui suis l’un des personnage de l’histoire principal (Mikoto Misaka, l’une des esper rang 5). Ici, l’histoire ce déroule dans le monde de la science et des esper. Cette histoire est plus mature et sombre que index. Mais on retrouvera des personnages d’Index, et les histoires sont parfois très proche temporellement.

-A certain scientific accelerator. Autre histoire secondaire qui suis le plus puissant des esper rang 5 (je vous laisse découvrir le personnage dans index, l’histoire s’annonce particulière au vu du personnage). La publication de ce manga à commencer en 2013 au japon, elle n’est donc pas des plus avancé.

Est-ce un tort de chercher des rencontres romantiques dans un donjon ? (Danjon ni deai o motomeru no wa machigatteiru darō ka, abrev. Dan Machi). – Fujino Ōmori

3a3e2a1d9899965c6d87f2b20053da01

Encore une histoire de médieval fantasy à la sauce jeux de rôle. Je sais, il y en a déjà plein. L’important, c’est ça qualité. Quand au titre bizarre, il fait référence à une question que va poser le héro de cette histoire des le prologue – et il va vite trouvé la réponse. En effet, notre jeune adolescent, aventurier de moins de 2 semaine se retrouve, dans un niveau du donjon hors de sa porté, pourchasser par monstre qui ne devrait pas être la, et qui va le tuer. Bonne raison pour se demander si la motivation 1ere l’ayant pousser à devenir aventurier – tomber des filles, était une bonne idée.

Heureusement pour lui, il va être secouru. Seulement a sa plus grande honte, il sera sauver par le plus puissant aventurier existant, et qui n’est autre qu’une jeune femme idolâtré de tous (ou hais par les autres aventurier voulant être les plus forts). Coup dure pour son ego de male qui voulait tomber des filles en les sauvant dans le donjon.

Cette événement traumatisant va être le début de l’histoire. Suite à son esquive de la mort, le jeune Bell Cranell va n’avoir plus qu’un seul objectif en tête – être aussi fort que sa sauveuse, dont il est tombé sous le charme, Aiz Wallenstein.

Pas de bol pour lui, le monde dans lequel il vie ne va pas lui rendre les choses facile. En effet, le labyrinthe, seul donjon du monde, n’est accessible que depuis la cité des aventurier, Oratio. Le ville, vie du donjon. Pour une raison très simple : c’est le seul endroit ou les monstres naissent (ils en existe ailleur dans le monde, mais ce ne sont que des descendant de monstre aillant fuit le donjon, et très faible par rapport à leur frère du donjon. Hors les monstres sont les seules sources de pierre magiques (qui leur sert de coeurs), nécessaire aux fonctionnement de nombreuse appareil (ampoule des lampadaire, source de chaleur pour les fourneaux….) et qui fournissent, peu fréquemment, des drop (ahah), morceaux de monstre qui restent intacte après la mort de ces derniers, et qui permettent de fabriquer des objets extrêmement puissant.

L’entré au donjon est régis par la guilde (dont le role inavoué est d’empêcher les monstres de sortir du labyrinthe), et seul un aventurier est autorisé à entrer. Tout le monde peux devenir aventurier. Seul condition, appartenir à un Familllia et avoir un Falna. C’est quoi ? En simple : la bénédiction d’un dieu.

Et oui, car les dieux sont présent dans la ville. Ces derniers s’ennuyant dans leur monde (pas oui, a part juger les âmes des morts et se taper dessus, y’a rien a faire chez eux), ils ont décider il y a longtemps de venir sur le monde des mortels pour s’amuser. Donc les voila parmis nous. Chaqu’un ayant ces propres objectifs, mais ils sont d’accord sur un point : si on utilise ces pouvoirs, y’aura pas de plaisir. Donc les pouvoir divins sont banni sur les monde des mortels (a quelque exception près : pouvoir latent de détection des mensonges, capacité à bénir les mortel et pouvoir latent de chaque dieux).

Le Falna, ou bénédiction d’un dieu, et ce qui permet a un mortel de dépasser ces limites, et donc d’être assez fort pour combattre les monstre dans la donjon. Recevoir un Falna, ca équivaux a avoir ca feuille de personnage tatoué sur le dos (caractéristique allant de 0 à 999, compétence, magie et niveau). Le seul Hic du Falna, et qu’il est propre à chaque dieu, et que seul celui-ci peu le mettre a jour. Donc les aventurier ce regroupe en Famillia, des clans, qui servent le même dieu.

Ici on retrouve des dieux connue des mythologie (grec, nordique, asiatique…). Ainsi, le pauvre Bell est l’unique membre de la famillia de la Déese Hestia, alors que son idole fait partie de la famillia de la déese Loki.

Bell va donc devoir rattraper la plus puissante aventurière (lv 5) dans un monde ou le gain de caractéristique et de niveau est tellement lent que plus de 50 % des aventurier sont niveau 1 (comme Bell), et ou ils faut plusieurs années d’efforts pour passer de niveau (le record de rapidité pour passer Lv 2 étant détenu par Aiz, il lui a fallu 1 an ). Sachant qu’il appartient à un famillia sans le sous (sa déesse est obligé de travaillé dans un magasin pour survivre), sans personne pour lui apprendre à se battre, allant dans le donjon en solo et qu’en plus sa déesse et celle de son idoles se détestent depuis de millénaire.

Ajouté un soupçon de héro gentil, mais complètement aveugle concernant les sentiments des filles. Qui de surcroit panique quand il est seul avec un fille, saupoudré du bien entendu talent d’attirer l’attention des filles malgré lui, et ces aventures vont être en plus pimenté de problèmes personnel.

3adff289d75e4ce90d1d342baef5ab522ccf8c11_hqAu final, on obtient une histoire bien loin du titre, puisque tout ce concentre sur surmonter les épreuve pour s’approcher (si possible) de son idole. Ce qui implique de progresser extrêmement vite, en survivant aux monstres et à la jalousie de ces pair.

Le titre bénéficie d’un mange de bonne facture et d’un anime (celui ci mettant l’accent sur le coté léger de l’histoire, il n’est pas forcement le meilleur support pour apprécier l’œuvre).

Black Bullet (Burakku Buretto). – Shiden Kanzaki

black_bullet_manga_01

AD 2022, un nouveau virus, nomé gastrea, ravage le monde a vitesse grand V. D’origine inconnue, toute créature contaminé ce transforme en monstre. De plus, chaque monstre ainsi crée (aussi appelée Gastrea, comme le virus) peux contaminer d’autre créature. Et pour tomber de Charybde en Scylla, le virus gastrea boost les monstres : ceux ci ont des proportion hors du commun (kikoo la fourmis de la taille d’un lions ou le loups de la taille d’un cheval), ainsi que des capacité hors du commun (force, résistance, vitesse de nombreuse fois supérieur a ce qui devrait être possible) ainsi qu’une capacité de régénération miraculeuse. Face à cette pandémie, l’humanité n’a eu d’autre choix que de s’avouer vaincue et de se replier derrière des barrière de Varanium, un minerai rare qui produit un champ magnétique qui affaiblit les gastrea, et neutralise leur capacités de régénération.

10 ans après, 2032, il reste 800 millions d’humain vivant reclus dans des enclaves. C’est dans ce contexte que débute l’histoire. Ici, nous suivons les péripétie de Satomi Rentaro, jeune lycéen de 16 ans, qui travaille comme milicien (ou société civile de protection). Son job ? Chasser les gastreas qui s’introduisent dans la ville de Tokyo pour éviter toute épidémie. En effet, pour éviter les pertes humaines, les gouvernements ont délégués cette tache à des société privé, évitant des morts chez les policiers, et évitant de monopolisé les militaires qui protègent l’enclave. La ou les choses deviennent intéressante, c’est que les miliciens travaillent en duo : Promoteur – Initiateur

Le promoteur est « le cerveau » du groupe, sa tache consiste a analyser la situation et prendre les décision. Bien qu’ils soient tous formé au combat et équiper d’arme en varanium pour se battre. Les Initiateur sont quand à elles des jeunes filles porteur du virus Gastrea.

Et oui, on combat le mal par le mal dans ce monde. Ces jeunes filles sont né porteuse du virus et on acquises des propriété propres au virus (puissance, résistance, régénération), et aussi lié à la souche du virus (faisant communément référence à l’animal / plante de base, on a ainsi des initiateur de type lapin, dauphin, chat, mante….).

Rentaro, épaulé par la jeune Enju – son initiateur de 10 ans, va tombé nez à nez avec un homme avec d’étrange pouvoir lors de sa 1er mission, et celui-ci va déclarer être l’homme qui va détruire le monde…

Ici, ne cherchez pas une histoire à l’eau de rose. Même si LN oblige on aura droit a certaine situation légère, les histoires de coeurs sont mis en arrière plans – a part Enju qui s’est auto proclamé « fiancé » de Rentaro et cherche sans cesse a écarter toute les femmes de son entourage. Le monde est noir. Une seule mauvaise surprise peux amener le monde à sa perte. L’oeuvre parle des combat que mêne Rentaro pour avancé après avoir vécu la guerre perdu par l’humanité il y a 10 ans. On y aborde la haine des survivant pour les monstre (ainsi que les enfants maudits – tout les porteurs « sains » du virus , vu comme de simple monstre, et dont la plupart survivent par eux même dans les zones abordonnées des enclaves, voir chasser par les habitants des zones), la défiance vis a vis des autres milicien, des autres zones (chaqu’un semblant vouloir être la zone qui vas reconquérir le monde et dominer les autres).

Au milieu de tout ca, Rentaro et le reste de la société privé dans laquel il travail (dirigé par sa soeur adoptive de 17 ans, issu de bonne famille mais ayant quitter sa famille par haine) vont devoir apprendre à vivre avec leur passé, choisir leur avenir (si il existe) et se battre pour celui-ci.

L’oeuvre est disponible (en anglais) partiellement chez Yen press. On retrouve en manga fr de très bonne qualité la 1er histoire de l’univers (4 tomes chez doki doki). Ou en anime (les 3 premières histoires – 4 livres, l’intégrale de la traduction en anglais a ce jour) de bonne qualité chez black box (a noté que la version collector contiens l’OST – une rareté en France. Sauf qu’il manque les OP et ED).

personnellement, je trouve qu’il y a la matière a faire un bon jeu vidéo avec cette univers…

The rising of the shield Hero (Tate no Yuusha no Nariagari). – Aneko Yusagi

shield01c

Encore une histoire med-fantasy de pseudo jeux vidéo. Notre héro ce retrouve transporté d’un coup dans un autre monde pour le sauver d’invasion de monstre. Que du classique. Il se trouve être l’un des quatres héro invoqué pour sauver le monde, et tout les 4 quatres semblent venir de japons différents (époques différentes ou mondes parallèles ?). Chaque héro se vois équiper à son arrivé dans ce monde d’une arme, et est souvent nommé en fonction de son arme : la lance, l’épée, l’arc et le bouclier. Les héros ne peuvent utiliser d’autre arme que celle qu’il leur a été attribué. Notre héro se retrouve donc a devoir se servir uniquement d’un bouclier…. C’est pas le must, et le pire, c’est le contexte. En effet, chaque arme va grandir en pouvoir tout comme son porteur, mais elles ne peuvent grandirent correctement si elles combattent à coté – les héros doivent donc « xp » de manière séparer pour monter en niveau. Et oui, on parle de niveau et d’xp car même les habitant du royaume peuvent voir leur feuille de stats … (monde bien étrange).

Le seul problème du héro, c’est que personne ne semble vouloir coopérer avec lui. Pire, on semble le considérer comme un criminel – et aucun moyen de rentrer chez lui tant que les invasion de monstres menacent le monde.

Voila notre pauvre héro confronté à un double problème : 1) comment xp quand on a une force d’attaque tellement faible qu’on ne peux pas tuer de monstre et 2) comment combattre quand personne ne veux de nous ?

C’est en cherchant des réponses à ces questions, tout en tentant d’accomplir la mission qui lui a été imposé que le héro au bouclier va se rendre compte que le monde ou il a atterris est bien plus complexe et sombre qu’il ne pensait. Sans oublier les problèmes que lui causent les autres héros (entre celui qui est plus intéressé par draguer toutes les femmes de ce monde et se faire passer pour le héro des héros, celui qui se croit dans un MMORPG qu’il connait et ignore tout ce qui n’est pas comme dans son mmo préférer, et le vaillant candide qui se prend pour le défenseur de la veuve et de l’orphelin, agissant sans penser aux conséquence de ces actions).

Tout cela va concourir à amener le héro au bouclier a être confronté aux plus sombre tréfonds de ce monde et de son âme….

LN partiellement disponible en anglais (one peace book) ou manga fr (doki doki).

No game No life (Nōgēmu Nōraifu). – Yū Kamiya

9ac2d40a765019417a502c7c192a82fa

Vous êtes no life ? Pro de tout les types de jeux, le monde réel vous ennuie ? Les relations sociale, l’école… vous êtes nuls ? Alors vous êtes comme Shiro et Sora. Deux petits génies des jeux vidéo, complètement asocial préférant passer 3 jours sans dormir pour obtenir un haut-fait infaisable plutôt que d’aller en cours. Et pour tout va changer pour eux lorsqu’il vont recevoir par email une invitation à un duel virtuel…. pour ce retrouver à jouer une partie d’échec en ligne.

Cette partie d’échec va être l’événement qui changeras leur vie. Car suite à cette bataille, ils vont être transporter dans un autre monde. Dans celui ci, les conflits armées n’existent pas. Suite à la batailles des dieux, c’est Tet, dieu du jeu qui est devenu le maître de ce monde. Et désormais, tous les conflits, désaccords… doivent être régler par le biais de jeu – un paradis pour un duo d’otaku.

Et nos deux héros arrivent dans ce monde juste a temps pour le grand tournois qui va déterminer le nouveau souverain de l’humanité, acculé par les autres races dans leur dernières ville… et sur le point d’être annexé.

L’histoire fait la part belle aux relations entre le frère et la soeurs, ainsi qu’a la façon de mener des partie de jeux, que ce sois la psychologie du joueur ou l’art de tordre les règles à son avantage….

Disponible en LN et manga en anglais (yen press) et en anime.

The devil is a part-timer ! (Hataraku Maō-sama!). – Satoshi Wagahara

fdf0259e4cc55f0c998d235279a72548

Que faire quand en temps que seigneur du mal sur le point de conquérir le monde des humains, on voit son armée de démon se faire mettre en pièce par un héro, et acculé dans sa propre forteresse dans le royaume démoniaque ?

Et bien en bon roi démon : on s’enfuit dans un autre monde.

Sauf que manque de bol pour notre roi démon et son fidèle stratège…. ils arrivent dans le japon moderne… japon ou la magie n’existe pas… Et sans magie, pas de pouvoir démoniaque, donc pas de forme de démons non plus. Nos deux anti héros se retrouvent donc dans un pays inconnue, dans un monde inconnue, sans pouvoir, et avec une apparence (et globalement les même pouvoir) humaine.

Les voila obligé de jouer au humains le temps de trouver comment reprendre leur pouvoirs et retourner prendre leur revanche. On se retrouve donc avec Satan himself qui va travailler à temps partiel comme caissier au fast-food local afin de subvenir aux journalier du duo. Mais comme tous bon démon, il élabore déjà un plan de conquête de ce monde – plan qui commence évidement par l’obtention d’un temps plein…..

Sauf que les choses vont se compliquer quand notre roi démon va croiser la route du Héro qui l’a poursuivi dans ce monde pour l’achever… Héro qui semble lui aussi manqué de pouvoir dans ce monde étrange.

Pour ne rien arranger, lorsque le héro et le démon s’affrontent à leur rencontre fortuite, ils sont tous les deux pris en embuscade par des tir magiques – ce qui ne devraient pas exister… Et les voila a tenter – ensemble – de survivre à l’embuscade. Et pour ne pas arranger les choses, le roi démon est surpris par sa jeune collègues de travail avec le héro… qui n’est autre qu’une jeune adolescente (bah oui, c’est une LN japonaise, il fallait bien une histoire de coeur quelque part).

disponible en anglais (yen press) et en manga. Adaptation anime( Funimation / manga entertainment)

The sacred blacksmith (Seiken no Burakkusumisu). – Isao Miura

the-sacred-blacksmith-2687

L’histoire suis la jeune Cecily Campell, héritière d’une illustres famille de chevalier alors que celle ci viens d’intégrer la garde de la grande ville marchande du continent. Malheureusement pour elle, son épée familiale va se rompre lors d’un combat contre un forcené, et elle va être sauvé par un forgeron de passage maniant une arme inconnue dans cette ville : un katana.

Elle va alors tout faire pour obtenir de ce forgeron (qui ne forge pas d’armes) qu’il lui fasse un katana. A cette fin, elle va tenter de lui montrer ca valeur, et va l’inviter à participer à une chasse aux brigand de la région.

Lors de cette chasse, La garde va cependant être mise à mal par l’utilisation de semi humain (ie : monstres humanoïdes, ici des garous), mais surtout par les brigands eux même – acculer, ceux-ci vont faire appel au langage des morts. C’est quoi ? C’est une incantation que chaque personne à graver sur son coeur, et qui permet en échange d’une parti de son être d’invoquer un démon. Il s’agit ici du plus grand des tabous pour les gens de cette époque. Car il y a 40 ans, une guerre à ravager le continent. Guerre durant laquelle tous les camps ont fait librement appel aux invocations de démons, allant jusqu’a forcé des civiles à se sacrifier pour invoquer des démons. La courses à l’armement démoniaque avait atteint un tel point, que des villes entières furent raser, et que les armées elles même n’arrivaient plus a contrôler ou stopper les démons ainsi invoqué.

Qui a bien pu apprendre à ces brigands de grand chemin comment invoquer un démon ? pourquoi ?

Et comment convaincre le forgeron et sa jeune assistante de lui faire une arme alors que c’est encore lui qui les as sauver… en fabricant visiblement par magie un katana de feu pour vaincre le démon des brigand ?

Disponible en manga en français (doki doki), LN et anime non traduit.

The ancient magus bride (Mahō tsukai no yome). – Koré Yamazaki

news_rzyrf687oibfupv

Histoire originale ou l’on suis Chisame, jeune japonaise, vendu au enchère à un sorcier.

Chisame a quelques particularités. Premièrement, elle est naturellement rousse – rare pour un japonais. Et deuxièmement, elle voit les esprits et les fées, et semblent les attirer – Et les praticiens de l’occulte la dénomme une Slay vegas… mais elle ne sais pas ce que cela veux dire (et vous non plus).

Adolescente, acheté au enchère en Angleterre à l’époque moderne par un homme se cachant derrière un voile, Chisame se demande ce que lui réserve son avenir. Interrogations qui vont atteindre son paroxysme lorsque son « maitre » va lui confié juste avant qu’elle ne s’évanouisse de fatigue après une téléportation à son domicile qu’il va faire d’elle son apprentie… et sa fiancée.

Le quotidien de Chisame seras fait d’interrogation a force d’être entouré d’un maitre (qui semble plus être un professeur / père qu’un propriétaire) qui va lui apprendre la magie et le monde magique, mais qui apparait a ces yeux comme un homme en costume… avec pour tête un crane allongé avec des cornes (vrai identité, masque, illusion ?), vivant dans une maison de campagne anglaise sous la surveillance / collaboration d’un prêtre (et oui, l’église n’aime pas les magicien… on le sais tous ? – Sauf qu’ici ce sont des sorciers. Et il ne faut pas confondre magicien et sorcier – sauf l’église, c’est tous le monde dans le même panier), et ou la cuisine et le ménage sont faite pas une Sylph muette.

L’histoire avance lentement, prenant le temps d’expliquer le fonctionnement des magies (sorcier et magicien n’utilisent pas le même), du monde, des relations entres les différentes créatures magiques et non magique. Mais aussi la découverte pour Chisame de ce qu’elle est, de sa place, et de ce qu’elle peux (va ?) devenir.

manga en français chez Komikku.

Arte (アル). – Kei Ohkuro.

arte-manga-tomes

Arte est un manga original. Nommée d’après son héroine, il se concentre, tous comme l’indique son nom sur l’art.

En effet, Arte est une jeune aristocrate (d’une famille sans famille) passionné par le dessin et la peinture. Rien de bien étrange pour une florentine au XVIe siècle. Sauf qu’a la suite du décès de son père et de finance de sa famille, ca mère décide de lui interdire l’art (aucun époux de voudrait d’une femme avec une occupation aussi dévorante), allant jusqu’a bruler son stock de dessin et de matériaux.

Il n’en faudra pas plus pour qu’Arte se mette en tête de devenir peintre. Et donc de chercher un maître qui la prenne en apprentissage.

Forcément, la jeune ingénue va se voire refuser l’entrer en apprentissage partout sous prétexte qu’elle est une femme. Ce qui ne va servir qu’a attiser le feux de sa passion, jusqu’a obtenir une chance.

Toute l’histoire vas ce concentré sur comment cette personne atypique pour l’époque va surmonter les épreuves tout en restant fidèle à elle même. Mais l’auteur ne ce contente pas des poncifs habituel. Vrai fan d’art, il reste fidèle à l’époque tel qu’elle l’était. On retrouveras dans les différents volumes une quantité de détails sur le mode de vie de l’époque, les dérives de la sociétés, les relations entre classes sociales, les interactions entre personnes, le commerce de l’époque et le fonctionnement du monde de l’art.

L’œuvre est facile a lire et très instructif, bien faite. Si on n’accroche ni à la personnalité d’Arte ni à l’aspect historique de l’œuvre, une seul lecture vous suffiras surement.

Manga en français chez Komikku.

The Legend of Heroes (Eiyū Densetsu). – Nihon Falcom

csbb6vgw0aeh0rr

1453736176-7026-artwork

Mon coup de cœur vidéo ludique.

Je sais, vous allez vous dire, encore un J-RPG comme on les connait par centaines. Oui, c’est vrai c’est un J-RPG. Et en plus il mise sur des mécaniques bien rodées plus que sur de superbe graphisme ou des techniques de pointes à mettre un ordinateur de gamer sur les genoux.

Et c’est justement ce qui fait la force de cette série !

Les graphisme iront de mignons à correcte selon vos goûts. Mais ils seront toujours en phases avec le lieu ou se déroule l’histoire, toujours en phases avec l’ambiance. Les musiques aussi sont faite avec soins pour coller avec chaque histoire, chaque pays, chaque lieux. Il peux vous arriver de ne pas en aimer, c’est vrai. Mais ces musiques simples et de qualités ont ce qu’il faut pour rester dans votre petite tête et amplifier le plaisir de jouer.

1438808440-the-legend-of-heroes-trails-in-the-sky-first-chapter-evolution-790x448

J’ai mentionner les mécaniques tout à l’heure, parlons en !

Dans Legend of Heroes, le jeu reprend le principe d’une carte en temps réel pour les déplacements, et le tour par tour lors des combats. Ici, combat tactique, avec des positions qui change pour les ennemies comme les PJ au fur et a mesure des actions effectuées / subit. Les combats demandes une réflexion tactique car chaque ennemies a ces propres capacité et résistances. Sous estimer un enemie de base, cela peux entrainer la quasi destruction de son équipe (a bah tiens, l’ennemie il nous aveugle tous a coup de sable, j’arrive pas a le toucher pendant que lui nous explose tous… j’aurais du équiper un personnage d’un sort de guérison anti aveuglement….). Les combat sont d’autant plus tactique que chaque personnage est customissable…

Dans l’univers de legend of heroes, les habitants utilisent l’energie « orbal » (terme anglais). Celle ci est issu cristaux (septium) de différents éléments (feu, eau, terre, vent, temps, espace et mirage). Ces cristaux sont utiliser comme des circuit électronique pour faire fonctionner des machines. Les histoires de la série se déroulent peux de temps apres la révolution de cette technologie, et on vois rapidement apparaitre des aéronef, train, voiture, téléphone… mais surtout pour les combats, les orbments. Ces outils, de l’apparence de gros médaillon croisé avec une montre possèdent des slot pour cristaux de septium (appelé quartz). De part la nature des cristaux et du fonctionnement des orbments, chacun est construit sur mesure pour un utilisateur. Même si ils ont tous le même nombre de slots, les slots sont relié différemment. Et parfois, certain sont réservé à un éléments. En cela, chaque personnage sera unique. Mais libre a vous de choisir quel quartz mettre dans quel slot.

the-legend-of-heroes-trails-in-the-sky-sc-4

ss_cb1fc0a9161b907484325e17545dc4bbe39cf12f-1920x1080

Ici les choses changent en fonction de la série… Ainsi, dans trail of cold steel, aucune importance quand au placement du quartz dans les différentes lignes. Cependant, a l’inverse, dans trail in the sky, chaque ligne à son propre compte de pouvoir. Chaque quartz donne un bonus (passif du genre +HP / chance de debuff… ou actif = un sort). Cependant, dans trail in the sky, chaque quartz a une valeur dans on élément. Et des qu’on atteint une certaine valeur dans un élément on gagne accès a un sort… sauf que les valeur sont compté par ligne et non pour tout l’orbment. Il faut donc toujours garder un oeil sur quel quartz est mis ou en fonction du role qu’on veux faire jouer au personnage – et comment il va s’intégrer au groupe.

war-3a

battle-1

Contrairement à beaucoup de J-RPG, pas besoin de farm a gogo ici. Pas de quête secondaire de roxxor plus dure que le boss de fin, pas de loot ultime ultra rare à grind. A la rigeur, un peux de pex avant un boss pour une meilleur marge en terme de niveau ou pour acheter un accessoire juste hors de porté de votre bourse. De toute façon le grind est rendu useless par le système d’xp du jeu : plus le monstre est haut par rapport a votre niveau plus vous gagner d’xp (dans une limite raisonnable), a l’inverse, plus l’ennemie est faible moins vous gagner d’xp (gagner 4 xp par combat quand il faut 3k pour un lv, c’est plus trop rentable sur le fin d’une partie).

war-4a

Ici, l’important c’est l’histoire.

A tel point que la série raconte une seul histoire, vu par des protagoniste différent à des moments différents. Ainsi, l’histoire de Trail in the sky est vu par Estelle Bright, dans le royaume de Liberl. Dans trail of cold steel on voi l’histoire par les yeux de Rean Schwarzer, dans l’empire d’Erebonia (2 ans après le début de trail in the sky, et a peu près 1 ans après ca fin).

Tous les événements sont lié entre eux par des faits et des raisons que l’on découvre lentement au fur et a mesure de l’histoire de chaque série. Mais chaque personnage principale ne connait pas l’histoire des autres, on redécouvre alors a chaque fois certain fait, mais vu d’un autre angle – certaine fois bien expliquer, d’autre fois juste mentionné (et servent un peu d’easter egg).

Mais le point principale reste l’histoire que chaque héro va vire. Chaque héro est différent, se retrouve implique dans cette grande histoire pour des raisons variés, sans forcément le savoir. Et l’atout principale de Legend of Heroes, c’est le travail apporter au monde. Un travail de fourmis qui permet de donner à chaque pays, chaque région, chaque ville sa propre ambiance, ses propres problèmes, ces propres façon de vivre (centre commercial, zone touristique, ville industriel, ressort….).

Pour y arriver, les développeurs jouent non seulement sur les graphisme pour changer l’apparence des lieux, mais aussi sur la musique et surtout sur les PNJ. Qui dit ville dit PNJ. Et dans cette univers, il y en a plein dans chaque zone. Chacun ayant son rôle dans la vie (touriste, enfant faisant l’école buissonnière, marchand….) et ces dialogues seront en liens avec son role dans la vie et le lieux. Oui je parle de dialogueS car chaque PNJ aura plusieurs dialogues différents. Et chaque série de dialogue va évoluer en fonction de l’avancement de l’histoire principale (ou de quête secondaire). Ainsi un simple PNJ landa pourra avoir 1 dialogue de bonjour la 1er fois qu’on interagis avec lui, 2 dialogues après, 3 nouveau après l’attentat terroriste de la villa voisine, 1 nouveau lorsqu’on poursuis les terroristes, 2 nouveau quand on les as capturer, et 1 dernier dialogue une fois qu’ont aura touché la récompense. On a donc une masse énorme de texte a lire, et qui donne une vrai ambiance a chaque lieu, tout en étant des mines d’informations. A cela on ajoute les gazette nationale a lire a chaque avancé majeure de l’histoire, ainsi que des séries de romans en vogues dans chaque pays (10 -12 tomes chacun d’une dizaine de pages), sans compter quelque livre sur le folklore local / national.

Il ne faudra pas oublier chaque personnage de l’histoire. Outre les PJ principaux de l’histoire, dans chaque série le hero va croiser de nombreux alliés qui vont combattre plus ou moins temporairement à ces cotés. Chaque personnage est unique de part son visuel et sa personnalité (mention spécial à Olivert dans trail in the sky…. surtout lors de son duo avec Scherazard). Ce qui va donner lieu à des interaction scripter, ou avec choix, de très haute qualité.

Les jeux reprennent un système d’avancement géographique linéaire… mais le rendent crédible. Ainsi, dans trail in the sky, Estelle est une jeune débutante de la guilde de bracer (guilde international apolitique d’aventurier a vocation d’aider les gens. S’occupe de tous les jobs, allant de coursier à chasseur de prime, en passant par l’escorte ou la collecte de composant rare. Haïs par les armées nationales) qui doit faire ces preuves. De ce fait, elle doit parcourir le royaume pour obtenir un certificat de chacune des branches – on est donc limité a la zone d’influence d’une branche a la fois avant de passer à l’autre. On est libre d’agir dans cette zone, mais on ne peux pas la quitter avant l’avancement de l’histoire et on y reviens pas après. De la même manière, dans trail of cold steel, Rean étant un étudiant, il n’a accès aux zone hors du campus que lors de travaux de terrain. Une fois l’excursion scolaire fini, pas de retour possible sur place.

Dans les séries, le jeux met en place un système de notations – celui ci prend en compte les résultats lors des quêtes (remplir les objectifs annexe, finir les quête optionnel – répondre correctement aux questions… académique dans cold steel ou choix d’action dans trail in the sky). Mais surtout, les quêtes ont 1) un cadre temporel… Et oui, on ne peux pas attendre 2 semaines pour aller sauver la brebis qui c’est égarer dans une zone infesté de monstre… Il faut donc remplir les quêtes dans un ordre à établir en fonction du temps disponible pour les faire toutes. Et surtout, certaine personne n’osent pas déposer une requête officiel, c’est en constatant leur comportement troublé que l’on va les amener à exprimer leur problème et débloquer la quête. Obtenir ainsi des point va permettre de monter en grade (chez les Bracer pour Estelle) ou de gagner du mérite académique (pour Rean). Ce qui donneras en bonus des récompense (accessoire ou quartz rares). On ajoute a cela un système de cuisine qui demande de découvrir les recettes (récompense de quetes, livre de cuisine, en mangeant les plats… donc certaine récompense viennent de quête caché), et qui permet de faire des plats qui buff et soignent a moindre coût – certaine recette donneront même lieux à des objets de soins parmi les plus puissant du jeu !

after-4b

Ce système de notation prend aussi un autre aspect dans le principe des suites. Chaque histoire est répartie en plusieurs opus – Trail in the sky comprend 3 opus. Trail of cold steel en contient 2 (et le 3e est annoncé). Même si le 3e de trail in the sky est plus un épilogue doublé d’histoire secondaire bonus. Chaque nouvel opus donne l’occasion de reprendre une sauvegarde de fin de l’opus précédent. En fonction du niveau final du héro et de son score, il aura des bonus (non ultime, rassurer vous). Bonus du type d’accessoire / quartz / argents. Ce qui est intéressant pour un boost initial car chaque histoire met un petit quelque chose qui va justifié la perte de son équipements précédent. Mais le plus gros plus de ce système de sauvegarde, c’est la continuité de l’histoire. Chaque opus est conçu pour être joué sans avoir fait le précédent – on ré explique les bases du combat / monde, on revoit les PNJ (tu te souviens de machin ? j’espère que tu parviendra à l’apprécié malgré son coté bourrus ….)… Mais en utilisant une sauvegarde de l’opus précédant on débloque des dialogue unique entre les personnage lié à ce qu’ils ont vécu ensemble. Ainsi, au lieu du « tiens, tu te souviens de machin et de son habitude A » on aura droit au héro qui va lancer du « Oh ,! Machin, t’est devenu quoi depuis la dernière fois ? Toujours a faire A tout le temps ? » et autre dans le genre.

Chaque nouvelle série apporte son lot d’amélioration au fonctionnement du jeu. Ainsi cold steel introduit la possibilité de changer l’équipe combattants si on a plus de 4 personnages dans l’équipe. Mais ces évolution se font aussi dans une même série. Ainsi, des trail in the sky 2, on vois apparaitre la possibilité de faire des attaques coordonnées à plusieurs membre de l’équipe.

A noté qu’un gameplay complet en lisant les texte et fouillant le monde tourne entre 80 et 100h – sans soluce hein, la triche, gardez ca pour une NG+. D’ailleur le jeux a un système de NG+ intéressant. Chaque partie fini donne un certain nombre de point de NG+. En commencant une NG+ à partir de la sauvegarde de fin, vous pourrez utiliser les points pour choisir des bonus – les bonus allant de « conserver les niveaux / objets / recettes … jusqu’a des bonus useless du type : debloquer des tenus supplémentaire (il s’agit toujours de tenues porté à un moment précis de l’histoire, mais temporairement, la ce seras accessible tout le temps). Pour avoir TOUT les bonus possible, il faudra 2 ou 3 runs…. Bon courage, et n’oubliez pas qu’il y a une vie en dehors de ce monde ^^

A l’heure actuel, seul Trail in the sky et trail of cold steel ont fait le chemin jusqu’en europe.

Ces deux series prennent place dans le royaume de Liberl et l’empire d’Erebonia. Il manque la série intermédiaire (chronologiquement) se passant dans la cité état de Crossbell.

Et on peu ajouter la trilogie Gagharv n’ayant jamais quitter le japon, 1er a porter le nom de « legend of heroes ». L’univers comporte deux autre épisode portant un autre noms : Dragons slayer (japon uniquement). Ces deux séries portent « the legend of heroes » comme titre secondaire, la ou depuis « trail in the sky », le terme ‘The legend of Heroes » est le titre principal.

Pour les intéresser, plein d’info sur internet. A noté 1) aucune version française n’existe. Vous aurait le choix au mieux entre japonais orale et anglais écrit ou tout anglais.

2) aucune information concernant un éventuel portages des ancien opus en occident

3) Trail in the sky est disponible sur PSP / VITA / PS3 via le PSN et sur steam. La version steam bénéficié d’un lifting et de cut scène supplémentaire. De plus, le 3e opus de la série ne sera localisé en occident que sur steam. J’invite les intéresser a regarder le site officiel pour plus d’information : la trilogie « trail in the sky » vois une version HD sortir au japon en ce moment sur PS vita. Aucune information définitive n’est pour le moment disponible concernant sont portage en occident.

4) Trail of cold steel est disponible via le PSN ou en copie physique sur PS vita / PS3 (cross over supporté). Pas de certitude concernant un portage PC steam.

Zilke

Laisser un commentaire